Je fais mes courses avec 50 euros par semaine pour 4 depuis 6 ans

La nécessité est la mère de l’invention. 

Et la nécessité est la raison pour laquelle j’ai fini par vivre avec 50 euros par semaine.  

J’avais un bon travail avant de tomber enceinte après trois ans de FIV, et je suis tombée accidentellement enceinte naturellement sept semaines seulement après la naissance de mon premier fils.  

C’était déjà assez choquant, mais lorsque j’ai été licenciée quelques mois plus tard, tout a changé. 

Vous voyez, avant la naissance de mes bébés, mon mari et moi avions le privilège de vivre avec deux salaires.  

Je ne pensais pas à ce que je dépensais pour les courses.  

J’achetais tout ce que je voulais – et je le mettais simplement sur ma carte Visa.

Je fais mes courses avec 50 euros par semaine pour 4 depuis 6 ans

Donc, mes courses devaient se situer entre 150 euros et 400 euros……  

Nous mangions bien, mais nous consommions beaucoup de plats à emporter. 

Certains aliments pratiques coûtent cher, comme certains fromages et vins que nous consommions régulièrement.  

J’achetais aussi beaucoup de repas à faire au micro-ondes car nous travaillions tous les deux de longues heures. 

Mais lorsque tout cela s’est écroulé, nous avons été confrontés au fait que nous avions deux enfants de moins de 12 mois, que nous étions en train de construire notre propre maison et que nous louions pendant la construction.  

Si nous voulions conserver ce pour quoi nous avions travaillé si dur, nous devions vivre avec 50 euros par semaine pour faire nos courses – j’étais un peu hystérique. 

Ce n’était pas possible.  

C’est ce que tout le monde me disait. 

J’ai vite compris que pleurer ne résoudrait rien.  

Je voulais garder la maison – c’était la maison de nos rêves.  

Nous avions gardé une photo de ce que nous voulions construire pendant dix ans, collée sur le réfrigérateur. 

J’avais 50 euros en liquide chaque semaine et je devais faire avec….. Je devais faire en sorte que ça marche….  

Mon monde en dépendait. 

Mes enfants et mon mari en dépendaient.  

C’était à moi de faire en sorte que ça marche. 

Tout d’abord, j’ai supprimé toutes les dépenses non essentielles et/ou diminué le prix de nos abonnements.

J’ai ensuite fait l’inventaire de ce que j’avais dans mon garde-manger, mon réfrigérateur et mon congélateur.  

J’ai été choquée par la quantité de nourriture que j’avais déjà à la maison.  

J’ai trouvé 8 boîtes de soupe – et je n’aime même pas la soupe !  C’était fou.

À part le pain et le lait, je n’ai fait aucun achat pendant les quatre premières semaines et j’ai utilisé ce que j’avais déjà.  

Mais cela n’a pas suffi… 

J’ai dû faire preuve de créativité avec les aliments que je n’aimais pas (c’est-à-dire les boîtes de soupe), alors je me suis mise à les cuisiner et j’ai commencé à faire des expériences.  

En ajoutant de la farine à la soupe, j’ai fait des scones !  Gagner ! 

J’ai alors réalisé que la farine n’est pas chère… mais elle est encore moins chère si je l’achète dans un magasin discount.  

J’ai donc évité les grands supermarchés et j’ai commencé à faire mes courses dans un magasin de marque discount bien connu.  

J’ai emprunté le vieux livre de cuisine de ma mère et j’ai commencé à cuisiner des plats très simples en utilisant des produits de base.  

Farine, sucre, épices, pâtes.  

Je faisais tout moi-même.  

J’ai développé mon propre potager, et j’ai acheté des poules, donc j’avais des œufs gratuits.

J’ai appris plusieurs astuces pour économiser de l’argent au supermarché, comme regarder l’étiquette pour être sûre d’avoir le produit le moins cher au kilo, et ne pas faire uniquement attention au prix affiché. 

J’ai acheté des fromages d’un kilo et je les ai râpés à la main (ça m’a fait travailler le haut du bras !) – j’ai même commencé à faire mon propre pain quand j’ai découvert que c’était 25 centimes moins cher que la miche – et chaque centime comptait ! 

Le pétrissage est si thérapeutique ! 

Quelques mois plus tard, mon mari me faisait des commentaires sur la qualité de nos repas… et a dit que nous n’avions jamais aussi bien mangé.  

Il avait même perdu quelques kilos ! 

Et nous mangions mieux !  

Nous avions beaucoup plus de fruits et de légumes frais dans notre alimentation parce que je complétais chaque repas par des tomates, des carottes et des courgettes.  

J’ai remplacé 50 % du hachis par des lentilles – et personne ne l’a remarqué !  

Ma sauce pour pâtes était pleine de bonnes choses et, servie sur des pâtes, elle constituait un repas super économique, facile et délicieux. 

J’ai acheté la moitié d’une vache chez un fermier local et je l’ai payée avant l’hiver à un prix défiant toute concurrence.

Je me suis créée une petite routine avant de me rendre en magasin.

Je fais toujours l’inventaire de ce qui se trouve déjà dans mon réfrigérateur / congélateur / garde-manger, puis je vérifie ce qui est sur le point de s’abîmer, quelles choses sont épuisées et quels légumes dans le bac à légumes doivent être utilisés sous peu. 

Je fais une liste de courses contenant uniquement ce dont j’ai besoin, puis je passe directement dans les supermarchés et mon épicier et boucher local. 

Vos viandes et produits frais seront moins chers et de meilleure qualité si vous les achetez auprès de fournisseurs locaux. 

Je planifie mes repas en fonction de ce que j’ai. 

C’est drôle, parce qu’à mesure que j’économisais de plus en plus d’argent sur nos courses, je devenais de plus en plus créative.  

C’était amusant, j’en ai fait un jeu pour voir si je pouvais battre le record de la semaine dernière. 

Savoir où va son argent et savoir exactement ce qu’il y a dans nos aliments était un sentiment très valorisant.  

Je me sentais en contrôle.  

J’ai appris toutes les astuces que les supermarchés utilisent pour nous inciter à acheter ! 

J’ai découvert qu’en profitant des soldes et en faisant le tour des magasins, je pouvais économiser encore plus.  

J’ai commencé à trouver de bonnes affaires dans d’autres endroits également. 

Je faisais mes courses sur les marchés locaux à l’heure de fermeture et je pouvais acheter une barquette entière de tomates ou d’oignons pour un euro ou deux.  

Je ramassais des fruits légèrement abîmés et les transformais en “crumbles”, en purées ou en muffins aux fruits.

Pas une seule chose n’a été gaspillée.  

Chaque article a été utilisé. 

Six ans plus tard, je suis toujours aussi économe dans mes achats alimentaires. Je ne dépasse quasiment jamais les 50 euros de courses alimentaires par semaine.

J’ai investi dans un congélateur vertical pour ma ½ vache annuelle.  

Je cuisine en gros et je congèle pour plus tard.  

Je prépare tous les repas scolaires le dimanche pour que rien ne soit gaspillé. 

Si je peux le faire, vous le pouvez aussi.  

Il suffit de penser à quel point vous en avez envie.  

Vous êtes peut-être en train d’économiser pour quelque chose, vous n’avez peut-être pas beaucoup d’argent cette semaine – mais vous pouvez quand même bien manger. 

Le monde de l’alimentation est rempli de livres de cuisine à la couverture brillante, avec des ingrédients dont je n’ai jamais entendu parler.  

Ils sont peut-être beaux, mais ils sont inutiles si vous vivez avec un budget limité. 

Revenez à l’essentiel.  

Cuisinez comme votre grand-mère l’aurait fait. 

Entrez dans la cuisine et expérimentez ! 

Mais mon plus grand conseil pour tous ceux qui vivent avec un budget strict est d’avoir un objectif.  

Et de mettre une photo de cet objectif dans un endroit où vous la verrez toute la journée, tous les jours. 

Parce que vous allez travailler pour l’atteindre. 

Je suis actuellement dans la maison de mes rêves….  Je ne l’ai pas encore payée, mais c’est un de mes objectifs.  Une piscine aussi – c’est sur le frigo !

Je fais mes courses avec 50 euros par semaine pour 4 depuis 6 ans

Dans la lignée des articles pour faire vos courses avec peu d’argent, vous pourrez aussi apprécier :

Je fais mes courses avec 50 euros par semaine pour 4 depuis 6 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus